Fotolia_91285245_Subscription_Monthly_M

Société Offshore

Le terme anglais « offshore » signifie « au large des côtes », autrement dit « extraterritorial ». Littéralement, une société offshore est donc une société enregistrée à l’étranger, dans un pays où le propriétaire n’est pas résident. Mais à la différence des filiales internationales d’entreprises, ces sociétés n’exercent aucune activité économique dans le pays où elles sont domiciliées.

Est-ce illégal ?

« Il n’est pas forcément interdit d’avoir une société offshore ou un compte à l’étranger. L’important c’est de savoir quelle est l’activité réelle qu’il y a derrière ces comptes, quelle est l’origine des flux financiers », a déclaré lundi le secrétaire d’Etat français au Budget Christian Eckert.

C’est ce que font valoir de nombreuses personnes citées dans les « Panama Papers », à l’image de Patrick Drahi, patron du groupe de médias et télécoms Altice. Sur le principe, tout le monde a en effet le droit de créer une société offshore, du moment que les profits sont déclarés.

Pourquoi créer de telles sociétés ?

« La première idée, c’est de faire de l’optimisation fiscale », à ne pas confondre avec la fraude fiscale.
L’objectif est « de faire en sorte que les bénéfices se déclarent dans le territoire où il y a peu ou pas d’impôt », ce qui permet aux entreprises d’augmenter leur rentabilité.

De fait, ces sociétés sont en général créées dans des États où la fiscalité est particulièrement avantageuse, dans ce que l’on appelle les « paradis fiscaux », tels que les Bahamas, les Iles vierges britanniques, le Panama, mais aussi l’état du Delaware aux Etats-Unis.

« Cela peut être aussi pour faciliter certaines transactions qui ne sont pas illégales », mais qui nécessitent une certaine discrétion, garantie dans ces paradis fiscaux.

Les entreprises créant des sociétés offshore peuvent le faire « pour bénéficier d’une réglementation qui leur permette de faire à l’étranger ce qu’elles ne peuvent pas faire chez elles ».

Ainsi, dans le secteur des assurances, compte tenu des règles prudentielles, « certains contrats ne sont possibles que dans des pays comme les îles Caïman parce que la législation y est plus souple », dit-il à titre d’exemple. Idem pour le « leasing » d’avions, qui ne se fait que via des paradis fiscaux.

Les question à se poser ?

Comment créer une société OFFSHORE ?

La réglementation et la gestion au quotidien.

Puis-je facilement prétendre à l’ouverture de comptes bancaires pour ma société Offshore ?

Exemple de business complet de société Offshore dans le livre la semaine de 4h de Tim Ferris.

Comments